”Natif de Kiev, saint Léonce reçut son éducation à l’école fondée par le prince Yaroslav le Sage, où il apprit le grec. Il partit ensuite à Constantinople, où il devint moine. De retour à Kiev, il entra au monastère des Grottes, sous la direction de saint Antoine. Il fut par la suite élevé à l’épiscopat de la cité de Rostov. Les deux premiers évêques de Rostov avaient été chassés par les païens et le prince Boris, protecteur des chrétiens, avait été tué en 1015. Léonce se trouvait donc combattant solitaire. Il s’attacha d’abord à instruire le clergé par des lettres qui ont été conservées jusqu’à nous. Chassé de la cité, il érigea une église à l’extérieur des murs, dédiée à Saint-Michel, dans laquelle il enseignait et baptisait les enfants. Ayant acquis la confiance de certains, il revint ensuite en ville et commença à convertir les adultes par sa prédication que des miracles venaient confirmer. Une fois, la foule des païens entoura son église et menaça de tuer le saint. Sans crainte et confiant dans le Christ qui lui donnait l’assurance des premiers martyrs, Léonce sortit, revêtu de ses ornements sacerdotaux. Les païens, surpris, tombèrent à ses pieds et demandèrent le baptême. «C’est alors, écrit la Chronique, que cessa l’obscurité des idoles et que se leva la lumière de la foi véritable» à Rostov. Les épreuves n’en étaient pas achevées pour autant, et, en 1077, l’illuminateur de la région de Rostov périt martyr des mains des païens. Ses reliques furent ensuite retrouvées incorrompues.