”Saint Théophane était né à Antioche de parents païens, mais il s’était converti au Christ dans son enfance. Marié à l’âge de quinze ans, son épouse mourut trois ans plus tard. Il reçut alors le saint baptême et s’enferma dans une petite cellule, non loin d’Antioche, pour y travailler à la purification de son âme. Ayant appris qu’une prostituée, nommée Pansemnée («Très-chaste»), était cause de la perte de beaucoup d’âmes chrétiennes, il se recueillit, en prière, puis quittant son ermitage, il se rendit chez son père et lui demanda dix livres d’or pour se marier. Il changea alors sa tunique de crin pour de brillants habits, et se rendit chez Pansemnée. Après avoir mangé et bu, il lui demanda combien d’années elle avait passé dans cette misérable profession. « Douze ans, répondit-elle, mais de tous mes amants, c’est toi qui est le plus beau. » Théophane lui proposa de l’épouser et, lui ayant donné l’or qu’il portait, il lui annonça qu’il allait faire les préparatifs pour la noce. Il alla alors construire une autre cellule, près de la sienne, et une fois le travail achevé, revint vers Pansemnée en lui disant que la seule condition qu’il mettait à la prendre pour épouse était qu’elle adhère à la foi chrétienne. Après des hésitations, elle acquiesça. Mais lorsque, au cours de la catéchèse préparatoire au baptême, elle apprit qu’au Jugement Dernier tous nos actes seront éprouvés par Dieu et nous vaudront soit la lumière divine soit le feu éternel, elle fut touchée d’une salutaire componction. Aussitôt après son baptême, elle libéra ses esclaves, distribua ses biens mal acquis et se retira avec ardeur dans la cellule que Théophane avait préparée à son intention. Elle fit de tels progrès qu’elle fut bientôt jugée digne de chasser les démons par sa prière et de guérir tous les malades qu’on lui présentait, et au bout de seulement un an et deux mois de pénitence, Pansemnée s’endormit en paix, en même temps que saint Théophane.