”Originaire de Cappadoce, saint Jean II (518-520) remplissait la charge de syncelle du Patriarcat. L’empereur hérétique Anastase étant sur le point de mourir, il fut élu grâce à l’appui du souverain orthodoxe, Justin. Il s’employa aussitôt à raffermir l’Orthodoxie en supprimant des dyptiques le nom du patriarche d’Antioche Sévère, et en y faisant inscrire le Quatrième Concile Œcuménique et les noms des saints confesseurs : Léon, Pape de Rome, et de ses prédécesseurs Macédonius et Euphimios. Il restaura sur leurs sièges tous les évêques exilés par Anastase et œuvra pour rétablir la communion avec l’Église de Rome, mettant ainsi fin au schisme d’Acace, qui durait depuis 484. Saint Épiphane était lui aussi syncelle quand il fut élu à la mort de Jean II. Il occupa le trône patriarcal jusqu’à sa mort, en 535, et lutta, comme son prédécesseur, contre les séquelles du monophysisme, grâce à l’appui des empereurs Justin et Justinien. C’est sous son patriarcat que fut instituée la fête de l’Hypapante et qu’on introduisit le chant : «Ô Fils Unique et Verbe de Dieu» à la divine Liturgie.