LETTRE ENCYCLIQUE A TOUS LES CHRETIENS ORTHODOXES

Les hommes qui nous ont menés en déportation, dans une captivité pernicieuse, et ont voulu nous attirer dans les bas-fonds de Babylone – les dogmes et les rites des Latins – n’ont pu conduire leur projet à terme, se rendant compte eux-mêmes de son absurdité foncière et de son impossibilité, et se sont arrêtés à mi-chemin, eux et tous ceux qui les ont suivis, sans demeurer ce qu’ils étaient, ni devenir ce qu’ils ne sont pas; ils ont abandonné Jérusalem, la vraie vision de paix (cf. Is 28,16; 1 Pi 2,6) et la montagne de Sion, la foi solide et inébranlable; quant à être Babyloniens et en porter le nom, ils ne le veulent ni le peuvent; en sorte qu’on pourrait justement les appeler Gréco-latins, ces déserteurs que nous qualifions généralement de Latinisants.

Ces animaux mêlés, cousins des centaures de la fable, confessent avec les Latins que l’Esprit saint procède du Fils et qu’Il a le Fils pour cause de son existence – selon les propres termes de leur définition de Foi conciliaire – et avec nous, disent qu’Il procède du Père; avec les Latins, ils affirment que l’addition du Filioque au symbole fut chose légitime et bien fondée, et, avec nous, refusent de la réciter dans le Credo – quoique, s’agissant d’une chose légitime et bien fondée, rien n’empêche de la réciter, n’est-il pas vrai ? Toujours avec les Latins, ils disent que le pain azyme est bien Corps du Christ, mais, avec nous, n’oseraient pas y communier. Ne voilà-t-il pas des traits suffisants pour dépeindre l’humeur de ces personnages ? Si l’on ajoute que ce n’est pas l’amour de la vérité qui les a poussés à rencontrer les latins – cette vérité, qu’ils avaient entre les mains, ils l’ont trahie – mais l’appât de l’or et le désir de conclure une union factice, non celui de s’unir véritablement.

2. Or il convient d’examiner le mode de leur union : car qui dit union dit moyen terme par lequel on s’unit. Dans le cas présent, c’est par le dogme relatif au saint Esprit qu’ils ont cru s’unir aux Latins, en confessant avec eux qu’il tire aussi du Fils son existence; pour tout le reste, ils diffèrent, et il n’y a rien entre eux, pas même une seule chose, qui leur soit commune ni même intermédiaire. Tout au contraire, on récite encore deux symboles différents, comme auparavant; on célèbre deux liturgies dissemblables, avec consécration de pain levé dans l’azyme, dans l’autre; deux baptêmes, dont l’un consiste dans une triple immersion, l’autre dans une effusion d’eau sur le sommet de la tête : et tandis que le premier comporte nécessairement la chrismation, le second peut même s’en passer; deux coutumes enfin, en tout et pour tout différentes, qu’il s’agisse des jeûnes, des ordres ecclésiastiques ou de toute chose de ce genre. Où donc est l’union, quand aucun signe extérieur ne la rend tangible et manifeste ? Et comment se sont unis des gens qui entendent rester attachés à leurs propres usages – ils l’ont même déclaré d’un commun accord – et ne suivent pas les traditions reçues des Pères ?

3. Mais que disent ces raisonneurs ? « L’Eglise grecque n’a jamais dit que l’Esprit saint procédait du Père seul, mais simplement qu’il procédait du Père; or cette affirmation n’exclut pas le Fils de la procession; de sorte que, sur ce sujet, nous étions autrefois unis et le sommes toujours à présent ». Hélas ! Quelle bêtise ! Et quelle cécité ! Si l’Eglise grecque a toujours confessé la procession de l’Esprit hors du Père, pour avoir reçu cette doctrine du Christ Lui-même, des saints apôtres et des pères des Conciles; et si elle n’a jamais confessé la procession hors du Fils, doctrine qu’elle n’a, de fait, reçue de personne; qu’a-t-elle depuis toujours affirmé, sinon la procession hors du Père seul ? Car si l’Esprit ne procède pas du Fils, il est clair qu’il procède du Père seul.

Voyez la même chose dans le Credo à propos de la génération. «Né du Père avant tous les siècles».

Qui ajoute ici « né du père seul » ? Nous l’entendons pourtant bien ainsi, et nous l’explicitons à qui le demande; car nous n’avons pas appris que le Fils soit né d’aucun autre !

Enfin, c’est en raison de cette doctrine que saint Jean Damascène, au nom de l’Eglise toute entière et de tous les chrétiens, déclare ceci : «Nous ne disons pas l’Esprit issu du Fils» (PG 94, c.832 B.). Si nous ne disons l’Esprit issu du Fils, il est clair que nous le disons issu du Père seul. Aussi dit-il un peu auparavant : «Pour le Fils, nous ne le disons point cause» (Ibid.) et dans le chapitre suivant : «Seul le Père est cause» (Ibid., c.849 B.).

4. Que disent-ils encore ? « Nous n’avons jamais considéré les Latins comme hérétiques, mais seulement comme schismatiques ».

Cet argument, remarquons-le premièrement, c’est aux Latins qu’ils l’ont emprunté; ceux-ci nous qualifient en effet de schismatiques, parce qu’ils n’ont rien à nous reprocher sur le dogme, mais estiment que nous avons été rebelles à l’allégeance qu’ils s’imaginent que nous leur devons. Voyons s’il est juste de leur rendre la politesse et si nous n’avons, nous, aucun reproche à leur faire sur la doctrine.

Ils donnent, on le sait, pour cause du schisme, le fait d’avoir introduit au grand jour l’addition du Filioque qu’ils marmonnaient auparavant entre leurs dents; pour notre part, nous nous sommes, les premiers, séparés d’eux, ou plutôt, nous les avons séparés et retranchés du corps commun de l’Eglise. Pour quelle raison, dites-moi ? Parce qu’ils avaient une doctrine orthodoxe ou de justes raisons d’introduire leur addition ? Et qui dira cela, à moins d’avoir la cervelle complètement dérangée ?

Ou bien parce que leur dogme était aberrant et impie et l’addition, illégitime ? C’est donc pour cause d’hérésie que nous nous sommes détournés d’eux; telle fut la raison de notre séparation d’avec d’eux.

Quelle autre cause pourrait-il y avoir en effet ? Les lois amies de la piété ne déclarent-elles pas : « Est hérétique, et sous le coup des lois concernant les hérétique, celui qui dévie, si peu que ce soit, de la foi orthodoxe » (saint Photios, Nomocanon XII, c. 2.). Si donc les Latins n’ont pas dévié d’un pouce de la foi orthodoxe, nous n’avons, évidement, pas eu raison de les retrancher de l’Eglise; mais s’ils ont complètement dévié, et cela, dans la théologie du saint Esprit, qu’il est infiniment périlleux de blasphémer, alors ils sont hérétiques, et nous les avons exclus de l’Eglise pour hérésie.

Poursuivons. Pourquoi chrismons-nous ceux d’entre eux qui viennent à l’orthodoxie ? N’est-ce pas, à l’évidence, parce qu’ils sont hérétiques ? Le huitième canon du Deuxième Concile oecuménique dit en effet : «Ceux qui venant d’une hérésie rentrent dans l’orthodoxie et s’agrègent à la part des élus, nous les recevons selon les rites et les usages suivants : Ariens, Macédoniens, Sabbatiens et Novatiens qui se donnent le nom de Cathares (Purs) et de Meilleurs, ainsi que les Quartodécimans ou Tétradites et les Apollinaristes, nous les recevons à condition qu’ils donnent un texte écrit, condamnant à l’anathème toute hérésie non conforme au dogme de la sainte Eglise de Dieu catholique et apostolique, et qu’ils reçoivent, avant d’être admis, le sceau ou chrismation, que nous faisons avec le saint chrême sur le front, les yeux, les narines, la bouche et les oreilles, en disant : «Le Sceau du saint Esprit».

Tu vois dans quel groupe nous classons les Latins qui nous rejoignent ? Si les noms qu’énumère le canon ci-dessus sont tous hérétiques, les Latins le sont certainement.

Enfin le très sage patriarche d’Antioche, Théodore Balsamon, écrivait, dans ses Réponses à Marc, très saint patriarche d’Alexandrie : “Des prisonniers Latins, et autres personnes, se présentent dans nos églises catholiques et demandent la communion au divins sacrements. Pouvons-nous la leur accorder, telle est la question.”

–«Qui n’est pas avec moi est contre moi et qui n’assemble pas avec moi disperse» (Mt 12,30; Luc 11,23). Etant donné que depuis de longues années la très célèbre Eglise d’Occident, celle de Rome, s’est séparée de la communion des quatre autres patriarcats, en s’isolant dans des rites et des dogmes étrangers à ceux de l’Eglise catholique et orthodoxe; que, pour cette raison, dans la célébration des divins mystères, le pape n’a pas l’honneur d’être mentionné parmi les patriarches au moment de l’anaphore; les personnes de confession latine ne peuvent recevoir des mains du prêtre la sanctification des purs et divins mystères, à moins qu’elles n’acceptent d’abord de renoncer aux dogmes et aux usages latins, et qu’elles reçoivent, comme l’ordonnent les canons, une instruction catéchétique et deviennent orthodoxes à part entière » (PG 138, c.968 AB.).

Tu entends ? Dit-il, oui ou non, qu’ils se sont séparés en s’isolant non seulement dans des rites mais encore dans des dogmes étrangers à l’orthodoxie – or tout ce qui est étranger à l’orthodoxie est hérétique – et qu’ils doivent, selon les canons, recevoir une catéchèse et devenir orthodoxes à part entière ? Or il est clair que s’ils doivent être catéchisés, ils doivent aussi être chrismés. D’où a surgi leur réputation d’orthodoxie, quand tant d’époques et tant de Pères et de docteurs les ont condamnés comme hérétiques ? Qui les a si facilement rendus orthodoxes ? C’est l’or, si tu veux bien dire la vérité, et les pots de vin que tu as touchés; ou plutôt, l’or ne les a pas rendus orthodoxes, mais toi, il t’a fait devenir semblable à eux et t’a donné ton lot parmi les hérétiques.

5. « Mais si nous arrivions à mettre au point un moyen terme dans les dogmes, nous leur serions unis par ce dogmes mitoyen, tout en restant fidèles à nous-mêmes, sans être forcés de rien dire de contraire à nos habitudes et à nos traditions ». Voilà la belle raison qui a trompé la plupart, depuis le début, et les a engagés à suivre des meneurs qui les ont entraînés au gouffre de l’impiété. Croyant qu’il existe un milieu entre deux opinions, comme c’est le cas pour certains contraires, ces déserteurs se sont jetés dans la gueule du loup.

Or, s’il est bien possible de trouver, entre deux opinions, une formulation moyenne qui les signifie également l’une et l’autre, par le jeu de l’équivoque, en revanche, entre deux opinions contradictoires relatives au même objet, il ne saurait y avoir d’opinion moyenne; sans quoi, il y aurait aussi un moyen terme entre le vrai et le faux, entre l’affirmation et la négation. Mais il n’en est rien; en toute chose, l’alternative est exclusive : ou bien l’affirmation ou bien la négation. Si donc le dogme latin, qui dit que l’Esprit saint procède aussi du Fils, est vrai, le nôtre est faux puisque nous disons qu’Il procède du Père seul – telle est bien la raison pour laquelle nous nous sommes séparés d’eux; si le nôtre est vrai, le leur sera forcément faux. Quel milieu peut-il y avoir entre ces deux choses ? Aucun; sinon une formule ambivalente qui s’adapte aux deux opinions comme un cothurne qui va aussi bien au pied droit qu’au pied gauche. Et c’est une formule de ce genre qui nous unira ? Et que ferons-nous, quand nous en viendrons à l’examen mutuel du contenu de nos croyances et de nos doctrines ? Ou si nous pouvons nous appeler les uns les autres orthodoxes quand nous pensons à l’opposé les uns des autres ? Pour moi, je ne crois pas; à toi de voir, toi qui as l’art de tout embrouiller et de donner aux choses le nom qu’il te plait. Veux tu voir comment Grégoire le Théologien parle des formules moyennes ?

«C’était une figurine qui vous regarde de quelque côté que vous arriviez, un cothurne qui s’adapte aux deux pieds, un crible à tous les vents (Ecclésiastique « Siracide » 5: 9), tirant son autorité de leur malice à interpréter l’Ecriture et de l’artifice imaginé contre la vérité; car cette formule de « semblable selon les Ecritures » était un appât qui recouvrait l’hameçon de l’impiété» (Grégoire de Nazianze, Homélie sur saint Athanase PG 35, c.1108 A.). Voilà pour le moyen terme qu’on avait inventé à l’époque. Du concile qui l’avait imaginé, il dit encore : «De quel nom appeler cette assemblée ? Tour de Babel, qui vit la juste confusion des langues – plût au ciel qu’elles se fussent ainsi confondues, ces langues à l’unisson dans le mal ! – Sanhédrin de Caïphe, qui condamna le Christ ? D’un autre nom encore ? Cette assemblée a tout confondu et renversé : elle a aboli l’antique et sainte doctrine de la Trinité et l’égalité d’honneur qui est son partage, en dressant ses batteries contre le CONSUBSTANTIEL et en battant ce rempart en brèche; bref, elle a ouvert la voie à l’impiété, par ce moyen terme entre ce qu’on dit et ce qui est écrit. Car « ils ont eu de la sagesse pour mal faire, mais ils n’ont point su faire le bien » Jér 4,22» (Grégoire de Nazianze, ibid. c. 1105 C.)

Voilà qui nous suffira sur cette question du moyen terme : nous avons amplement démontré qu’il n’en existe absolument pas et qu’une telle recherche est impie et étrangère à l’Eglise.

6. Mais quelle attitude adopter, demandera-t-on, à l’égard de ces Gréco-latins mi-figue mi-raisin, qui, en bons amateurs des solutions moyennes, divisent en trois catégories les dogmes et les rites des Latins : ceux qu’ils approuvent ouvertement et sans réserve; ceux qu’ils approuvent, mais sans les embrasser; ceux qu’ils désapprouvent totalement ?

Fuyez-les ! Fuyez-les comme des serpents, comme des gens qui font commerce du Christ, au gros et au détail, ou pire encore. Car ils sont de ceux qui, selon le divin Apôtre, font de la piété une source de bénéfice (1 Tim 6,5) et dont il dit encore «Fuis cette engeance» (1 Tim 6,11) car ce n’est point pour s’instruire, mais pour se remplir les poches qu’ils sont passés à l’ennemi. «Or qu’y a-t-il de commun entre la lumière et les ténèbres ? Quelle entente du Christ avec Bélial ? Ou quelle part, du fidèle avec l’infidèle ?» (2 Cor. 6,14-15).

Car voici les faits : nous, avec saint Jean Damascène (PG 93, c.882 B) et tous les Pères sans exception, nous disons que l’Esprit ne procède pas du Fils; eux, avec les Latins, disent que l’Esprit procède du Fils.

Et nous, avec le divin Denys, nous disons que le Père est la seule source de la Divinité suressentielle (PG 3, c.641 D); eux, avec les Latins, disent que le Fils aussi est source de saint Esprit, expulsant par conséquent ce dernier hors de la Divinité.

Nous, avec Grégoire le Théologien, nous distinguons le Père du Fils par la causalité (PG 36, c.252 A); eux, avec les Latins, le conjoignent par la causalité.

Nous, avec le vénérable Maxime, les Romains de son époque et les Pères occidentaux, nous ne faisons pas du Fils la cause de l’Esprit (PG 91, c.136 A); eux déclarent que le Fils est, selon les Grecs, « cause », selon les Latins « principe » de l’Esprit, dans leur Définition de Foire (il est juste de la décorer de cette appellation, puisqu’ils l’ont signée en foirant de peur).

Nous, avec Justin, philosophe et martyr, nous disons que l’Esprit sort du Père, comme le Fils sort du Père (PG 6, c.1224 A); eux, avec les Latins, disent que le Fils sort immédiatement, mais l’Esprit médiatement du Père.

Nous, avec saint Jean Damascène (PG 94, c.824 A) et tous les Pères sans exception, nous confessons ignorer en quoi diffèrent génération et procession; eux, avec Thomas et les Latins, disent que les deux provenances différent par le médiat et l’immédiat.

Nous, nous disons, selon les Pères, que la volonté et l’énergie de la nature divine et incréée, sont incréées; eux, avec les Latins et Thomas, disent que la volonté est la même chose que l’essence, et que l’énergie divine est créée, même si elle reçoit le nom de divinité, de lumière divine et immatérielle, d’Esprit saint, et tous autres noms similaires; ainsi ils élèvent les créatures infirmes au rang de divinité créée, de lumière divine créée, d’Esprit saint créée !

Nous affirmons que ni les saints ne jouissent déjà du Royaume qui leur a été préparé et des biens indicibles, ni les pécheurs ne sont déjà tombés dans la géhenne, mais que les uns comme les autres attendent leur lot respectif, qui appartient au temps d’après la Résurrection et le Jugement; eux, avec les Latins, veulent que les uns jouissent déjà, aussitôt après la mort, de ce dont ils sont dignes; pour ceux qui sont dans l’entre-deux, c’est-à-dire qui sont morts sans avoir achevé de faire pénitence, ils ont inventé un feu purgatoire, différent de celui de la géhenne, auquel ils confient ces défunts afin, disent-ils, que leurs âmes une fois purifiées par ce feu, après la mort, ils trouvent eux aussi place dans le Royaume avec les justes; doctrine qui a même été consignée dans leur Définition de Foi.

Nous, fidèles aux canons que les apôtres ont fixés, nous abhorrons le pain azyme des Juifs; eux déclarent dans la même Définition que le sacrifice que les Latins consacrent dans leur liturgie est le Corps du Christ.

Nous disons que le simple fait d’avoir ajouté quelque chose au symbole de la foi est illégitime, anti-canonique et anti-patristique; eux le définissent comme un acte légitime et bien fondé; tant ils savent s’accorder avec eux-mêmes et avec la vérité !

Nous considérons le pape comme un patriarche parmi les autres, et cela, bien sûr, s’il est orthodoxe; eux le proclament fort pompeusement vicaire du Christ, et père et docteur de tous les chrétiens. Puissent-ils être plus heureux que leur père, s’ils lui ressemblent quant au reste !

Car lui joue de malchance et n’est pas heureux avec cet antipape qui le taraude sans cesse – et nos hommes n’ont pas envie d’imiter leur père et docteur !

7. Fuyez-les donc, frères, eux et leur communion; «ces hommes sont de faux apôtres, des artisans d’imposture, déguisés en apôtres du Christ. Rien détonnant du reste, car Satan lui-même se déguise en ange de lumière. Ce n’est donc pas merveille si ses serviteurs eux aussi prennent l’apparence de serviteurs de la justice, eux dont la fin sera selon les œuvres» (2 Cor 11,13-15).

Ailleurs, le même Apôtre dit encore d’eux : «De tels hommes ne servent pas notre Seigneur Jésus Christ, mais leur propre ventre et par et par leurs belles paroles et leur langage doucereux, ils abusent les cœurs les plus simples (Rom 16,18); mais le solide fondement de la foi tient bon, scellé de ce sceau (2 Tim 2,19)». Et ailleurs : «Prenez garde aux chiens, prenez garde aux mauvais ouvriers, prenez garde aux faux circoncis» (Phil 3,2); ailleurs encore : «Si quelqu’un vous annonce un évangile différent de celui que vous avez reçu, quand même ce serait un ange descendu du ciel, qu’il soit anathème !» (Gal 1,8).

Voyez la prophétie que renferme cette parole : «quand même ce serait un ange descendu du ciel» afin que personne ne vienne vous objecter la primauté papale. Et le disciple bien-aimé : «Si quelqu’un vient à vous sans apporter cette doctrine, ne le recevez pas sous votre toi, ne lui dites pas bonjour; car celui qui dit bonjour participe à ses œuvres mauvaises» (2 Jn 10-11).

Les saints apôtres vous ayant fixé ces règles, tenez ferme et gardez les traditions écrites et non écrites que vous avez reçues, de peur que l’égarement des sans-loi ne vous séduise et ne vous fasse choir de votre propre constance.

Puisse le Dieu Tout-Puissant faire que ces hommes reconnaissent leur erreur et qu’Il nous délivre de cette ivraie nuisible et nous rassemble dans ses greniers comme un froment pur et bon, dans le Christ Jésus notre Seigneur; à Lui convient toute gloire, honneur et adoration, avec son Père sans principe et son tout saint, bon et vivifiant Esprit, maintenant et toujours et aux siècles des siècles. Amen.

4.7 3 votes
Évaluation de l'article

Laisser un commentaire

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments