Introduction

Pour commencer cet article il est important de restituer quelques notions importantes en commençant par se demander qu’est-ce que ‘l’Incréé’

Quelque chose dit “incréé“ est par sa définition une chose qui existe dans sa simplicité sans avoir eu la nécessité d’être créé. Pour un connaisseur en théologie, la définition semble couler d’elle-même, mais pour le néophyte cette distinction peut sembler plus abrupt et rude à comprendre. Mais cette définition va nous servir pour mieux appréhender l’absurdité de l’Islam dans son dogme. Il est commun, pour n’importe quel musulman d’obédience sunnite (c’est-à-dire 90% des musulmans dans le monde), de reconnaître en temps que dogme à part entière que le Coran est incréé. De ce fait pouvons-nous nous poser la question : “Comment un livre peut-il dans sa nature être sans création ?”. Chers lecteurs musulmans ne vous en faîtes pas, nous aborderons plus en profondeur la “mutilation associatrice” du Coran à Allah ! 

Le Coran est, pour les musulmans, la Parole d’Allah elle-même retranscrite par Jibril (Ange d’Allah) puis restituée par Mahomet (Prophète de l’Islam).

Ici un hadith Sahih qui prouve cette chaine de transmission :

Il dit: « Alors écoutez-le et gardez le silence. Ainsi quand Jibril est venu à lui, le Messager d’Allah a écouté et quand il est parti, il le récitait comme il lui avait enseigné. »

Sunan an-Nasa’i 935 ; Livre 11, Hadith 60 ; Vol. 2, Livre 11, Hadith 936.

En effet, le terme “Qu’ran” en arabe veut dire récitation car à l’origine la révélation mohammadienne se fait à l’oral autour des Sahaba (Compagnons) qui prenaient note ou mémorisaient de ce que Mahomet récitait : d’où l’importance de la dite “simplicité coranique” :

“En effet, Nous avons rendu le Coran facile pour la méditation. Y a-t-il quelqu’un pour réfléchir ?”

Sourate 55:22

 

Petite Histoire du Coran

De même, Mahomet est appelé “Al-Nabi Al-Oummi” ou “le Prophète Illettré”.

Dis: « Ô hommes ! Je suis pour vous tous le Messager d’Allah, à Qui appartient la royauté des cieux et de la terre. Pas de divinité à part Lui. Il donne la vie et Il donne la mort. Croyez donc en Allah, en Son messager, le Prophète illettré qui croit en Allah et en Ses paroles. Et suivez-le afin que vous soyez bien guidés. »

Sourate 7:158

En soit, un autre dogme qui vient appuyer encore plus le fait que le Coran ne peut être l’œuvre d’un homme mais celle d’Allah. “La Parole” d’Allah est donc Coran incréé possédant la même essence qu’Allah, sur ça il n’y a aucun soucis. Mais en historiographie, que peut-on en dire ? En effet, il est connu que ‘Uthmân ibn Affân (Sahaba et 3eme Calife Rashidun) fut l’un des premiers réels compilateurs du Coran et fit supprimer les autres versions du Coran. Je cite, selon Claude Gilliot (Islamologue et Agrégé d’arabe) dans Origines et fixations du texte coranique :Sous le calife Othman (644-656), on prit conscience des divergences dans la façon de réciter le Coran. Le calife demanda à Hafsa de lui prêter son texte du Coran pour en faire une recension complète. Après lui avoir rendu, le calife ordonna que l’on détruise tous les autres documents contenant du Coran qui avaient pu être utilisés pour l’établissement de ce texte. Ce travail aboutit à la vulgate othmanienne.

De plus la Vulgate Ohmanienne est passée par une simplification car sa lecture restait très problématique. 《 L’absence de voyelles brèves et de certaines voyelles longues, des diacritiques de consonne rend le texte ambiguë 》 (cf. Gilliot). Une simplification aurait alors été faîte par le gouverneur d‘Uthmân: Al-Hallaj ibn Yusuf.

Maintenant, comment savoir si ‘Uthman fit le bon choix dans sa compilation, et dans sa recension des versets. Malgré le fait que Hafsa était proche de Mahomet, il n’en demeure pas moins que ‘Uthmân a effacé la Parole d’Allah, incréée, et a fait brûler sa substance.

Là se pose déjà le premier problème ! Puisque la récitation n’aura pas suffit à ce que la parole incréée perdure sans fautes car ceci mène inévitablement à la création d’un livre officiel afin d’en assurer la perpétuité dans le temps et la sûreté pour les savants islamiques de pouvoir s’appuyer sur un livre sans variantes de forme pour l’étude approfondie. Or de ce problème et sa solution pose un autre problème inhérent en l’Islam, il y a association.

Un schéma d’aide est proposé ci dessous :

 

Le Coran associateur

L’Islam est un culte du “monothéisme pur”. L’un des autres dogmes majeurs est le “Tawhid” qui est l’Unicité parfaite et simple d’Allah en son essence. La fameuse simplicité qui engendre la fameuse non-théologie des musulmans comme les plus fanatiques et téméraires aiment à le rappeler. Le concept du “Tawhid” est dans le Coran, mais plus particulièrement dans la Sourate 112 “AL-IKHLAS”. De plus le pire péché qu’un musulman puisse produire est celui du “shirk”, l’association en français. C’est-à-dire qu’il vient corrompre la nature simple et unique d’Allah en la modifiant ou en y croyant tout simplement pas ! Tel que nous, orthodoxes. Le châtiment réservé aux associateurs qui produisent le shirk est très sévère, tout au long du Coran, ils sont décrits [à comprendre nous, chrétiens; ou même n’importe quel autre croyance que l’Islam] comme des moins que rien bon à tuer ou à humilier avec des taxes. 

Mais le Coran est lui-même une association à Allah. Certes, la Parole d’Allah comme dit précédemment, en temps qu’attribut découlant de lui-même, est correcte or le Coran est un livre ! Et un livre s’inscrit dans le matériel, donc dans le temps et l’humanité. Le Coran en temps que simple livre de papier n’a pas la même essence divine qu’Allah, il est d’une essence matérielle et humaine. Ainsi on dira que oui, la Parole d’Allah est incréée et substantielle à Allah mais dès lors qu’on rentre dans la matérialité, il est association. De même que le croyant, par sa lecture, associera automatiquement le Coran (livre) à la Parole (découlement incréé et divin) d’Allah car émettre une distinction entre les deux reviendrait à dire qu’en temps que musulman lambda, celui-ci peut comprendre la parole d’Allah dans sa pureté (au stade ex-nihilo) ce qui est impossible pour n’importe quel croyant. 

Ci-dessous un schéma pour mieux comprendre:

De même que si nous allons plus loin dans la réflexion sur cette déité et son propre shirk, l’usage d’une langue vernaculaire en temps que langue sainte tel que l’arabe est shirk. En effet, la langue sainte de l’Islam est l’arabe, tellement sainte que l’on ne peut réellement prier qu’en arabe sinon Allah n’aura que faire de cette prière hors de son langage. Le Coran est descendu du ciel en arabe.

« Ce (Coran) ci, c’est le Seigneur de l’univers qui l’a fait descendre,
et l’Esprit fidèle est descendu avec cela
sur ton cœur, pour que tu sois du nombre des avertisseurs,
en une langue arabe très claire. »
Sourate 26:192-195 

Là encore, le principe est le même, une langue vernaculaire est associée aux œuvres d’Allah donc à son essence (vu qu’il n’existe pas de distinction essence/énergies en Islam). 

Tout ce qui ne passe pas par l’essence d’Allah (c’est-à-dire lui-même en lui-même) ne peut donc qu’être qu’association. Allah a donc un impossibilité d’agir dans le monde matériel, le monde qu’il a créé car n’importe quel signe peut être traduit comme association à l’essence d’Allah.  Il y a donc, en comparaison le christianisme, une réduction de l’omnipotence de Dieu qui place alors Allah comme simple démiurge avec des capacités non-agissantes sur la Création. 

 

La Glorieuse Orthodoxie

L’absurdité d’Allah ne pouvant entrer dans le monde a une solution ! Oui ! La Sainte Orthodoxie. En effet, nous, orthodoxes, établissons la distinction entre l’Essence de Dieu et Ses Énergies Incréée ce qui permet l’action de Dieu sans association ni quelconque confusion systémique. Cette distinction est entièrement biblique et elle permet de comprendre la totale implication du Dieu absolu dans le monde contingent; de par Son Incarnation, d’autre part grâce à Sa manifestation directe dans notre réalité. Car pour que Allah se manifeste en Islam, il faut que Mahomet fasse l’Isra et Miraj, c’est-à-dire le voyage céleste où il se trouve face à Allah pour discuter avec lui physiquement et en esprit (cela dépend des écoles soufies ou salafistes). Mahomet est donc obligé de sortir de la création afin de pouvoir interagir avec son créateur. Allah n’agit donc que hors de la temporalité, il est une déité hors du temps, incapable d’agir seule et de rentrer dans le monde. En revanche, nous, possédons de multiples événements où Dieu agit dans le référentiel terrestre, Dieu est vivant et agissant. L’exemple le plus parlant sera celui du Buisson Ardent, qui à travers la possession de Dieu de cette entité (végétation) rentre en contact direct avec Moïse sans avoir besoin d’un intermédiaire comme Allah pour Jibril. La Théophanie chrétienne est également la preuve de l’entrée de Dieu dans la réalité, sans altération, ni corruption de celle-ci. Ainsi le Dieu Vivant peut agir à sa bonne guise dans Sa création et prouve une fois de plus Son Omnipotence face à ses fidèles tandis que la déité musulmane, impersonnelle, fonctionne tel un démiurge païen qui délègue par sa non-action.

Seule la distinction Essence/Énergie permet de comprendre une action divine et réelle d’un Dieu omnipotent dans la création sans qu’elle soit détruite.

L’Éternel dit: Tu ne pourras pas voir ma face, car l’homme ne peut me voir et vivre.

Quand ma gloire passera, je te mettrai dans un creux du rocher, et je te couvrirai de ma main jusqu’à ce que j’aie passé. [Exode 33:20/22]

Cette théologie est une particularité de l’Église orthodoxe et prouve qu’elle est la seule héritière de la tradition et du témoignage d’Abraham, de Moïse et des Apôtres.

Comme l’exprime notre Père parmi les Saints, Grégoire Palamas en résumant la tradition des Pères:

[…] Ceux qui en sont dignes ne s’unissent pas à Dieu dans son essence, et tous les théologiens, attestent que Dieu n’est pas participable dans son essence. L’union selon l’hypostase se trouve être le fait du seul Verbe, le Dieu-Homme. Ceux qui ont été rendus dignes de s’unir à Dieu s’unissent donc par l’énergie. Et l’Esprit suivant lequel celui qui s’attache à Dieu est un avec Dieu, est et est appelé énergie incréée de l’Esprit, mais non essence de Dieu, même si cela déplaît à ceux qui pensent le contraire.

(Jl 3, 1) (trad. J. Touraille, Chapitres 75)

Ainsi n’oublions jamais le Sacrifice du Christ, autant Dieu qu’Homme, sans mélange ni confusion; Glorieux, Magnifique, et qui veille sur nous pour l’éternité, pauvres pécheurs. Amîn.

《 Je suis le chemin, la vérité, et la vie. Nul ne vient au Père que par moi. 》Jean 14:6

0 0 votes
Évaluation de l'article
Catégories : IslamPolémique

Laisser un commentaire

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments