16.13 Jésus, étant arrivé dans le territoire de Césarée de Philippe, demanda à ses disciples: Qui dit-on que je suis, moi, le Fils de l’homme?
16.14 Ils répondirent: Les uns disent que tu es Jean Baptiste; les autres, Élie; les autres, Jérémie, ou l’un des prophètes.
16.15 Et vous, leur dit-il, qui dites-vous que je suis?
16.16 Simon Pierre répondit: Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant.
16.17 Jésus, reprenant la parole, lui dit: Tu es heureux, Simon, fils de Jonas; car ce ne sont pas la chair et le sang qui t’ont révélé cela, mais c’est mon Père qui est dans les cieux.
16.18 Et moi, je te dis que tu es Pierre, et que sur cette pierre (ce rocher) je bâtirai mon Église, et que les portes du séjour des morts ne prévaudront point contre elle.

Sur la commission internationale anglicane-catholique romaine en 1981, l’Eglise de Rome a reconnu que les textes du Nouveau Testament ne montrent pas explicitement la transmission de l’autorité de l’apôtre Pierre à ses successeurs (paragraphe 6) et qu’ils ne contiennent pas un fondement suffisant pour prouver la primauté du pape de Rome (paragraphe 7) .

Néanmoins, l’Eglise latine interprète toujours les paroles du Seigneur Jésus Christ adressées à saint Pierre comme une promesse de bâtir l’Eglise sur lui-même en élevant l’apôtre au-dessus de tous les apôtres et en lui donnant un pouvoir supérieur sur toute l’Eglise qu’il transmettra par la suite à ses successeurs, les évêques de Rome.

L’Eglise orthodoxe voit dans tout le passage Mat.16:13-18 la seule idée primordiale : la divinité de Jésus Christ, sur laquelle l’Eglise est établie. Le Fils de Dieu promet ainsi de bâtir Son Eglise sur la confession et la foi de l’apôtre Pierre qu’il confesse de la part de tous les apôtres. La pierre du fondement de l’Eglise est donc Jésus Christ Lui-même, car personne ne peut poser un autre fondement que celui qui a été posé, savoir Jésus Christ. (1 Cor 3.11).

Regardons comment les Saints Pères de l’Eglise reconnus en Occident qu’en Orient ont interprété ce passage :


 

Saint Augustin d’Hippone (†430)

« Saint Pierre est le premier des Apôtres, il est cet ardent ami du Christ qui mérita d’entendre de lui ces mots : « A mon tour je te le dis : Tu es Pierre ». Il avait dit au Sauveur : « Vous êtes le Christ, le Fils du Dieu vivant». Le Sauveur lui dit donc : « A mon tour, je te le déclare: Tu es Pierre, et sur cette pierre je bâtirai mon Eglise ». Sur cette pierre j’établirai la foi que tu confesses ; oui, sur cette confession : « Vous êtes le Christ, le Fils du Dieu vivant », je bâtirai mon Eglise. »

SERMON CCXCV. FETE DE SAINT PIERRE ET DE SAINT PAUL. I. UNITÉ DE L’ÉGLISE.

 

« Car tu es Pierre. Pierre (nom de l’apôtre) vient de la pierre (la confession), et non la pierre de Pierre. Pierre vient de la pierre, comme Chrétien vient de Christ. » 

Ibid. 

 

« Sur ce rocher, dit le Seigneur, je bâtirai mon Église. Sur cette confession, sur ce que vous avez dit: «Vous êtes le Christ, le Fils du Dieu vivant », je bâtirai mon Église, et les portes de l’enfer ne la vaincront pas (Mt 16, 18) »

 Sermon 236A.3

 

« Le Christ, voyez-vous, a construit son Église non sur un homme mais sur la confession de Pierre. Quelle est la confession de Pierre? Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant. Il y a un rocher pour vous, il y a une fondation, là où l’Eglise a été construite et que les portes des enfers ne peuvent pas la conquérir. »

Sermont 229P.1

(John Rotelle, Ed., The Works of Saint Augustine (New Rochelle: New City Press, 1993),Sermons, Vol. 6, Sermon 229P.1, p. 327)

 

En un passage j’ai dit de l’apôtre saint Pierre que l’Eglise a été fondée sur lui comme sur la pierre; c’est le sens que célèbre l’hymne très-répandue du bienheureux Ambroise dans ces vers sur le chant du coq: « A ce chant, la pierre de l’Eglise efface sa faute.» Mais je sais que très-souvent, dans la suite, j’ai expliqué cette parole du Seigneur: « Tu es Pierre, et sur cette pierre je bâtirai mon Eglise,» en ce sens que cette pierre est Celui que Pierre a confessé en disant: « Vous êtes le Christ, Fils du Dieu vivant ; » de la sorte, Pierre tirant son nom de cette pierre, figurait la personne de l’Eglise, qui est élevée sur elle et qui a reçu les clefs du royaume des cieux. Il ne lui a pas été dit en effet: « Tu es la pierre (petra), » mais : « Tu es Pierre (Petrus). »

Car la pierre était le Christ; et Simon, l’ayant confessé comme toute l’Eglise le confesse, a été nommé Pierre. Que le lecteur choisisse de ces deux interprétations celle qui lui semblera la plus probable.

CONTRE LA LETTRE DE L’HÉRÉTIQUE DONAT. — UN LIVRE.

 


 

 

Saint Cyrille d’Alexandrie (†444)

 

« Ayant reconnu qu’il fallait suivre leurs (apôtres) traditions, nous conserverons la foi inaltérée en Christ. Car il est dit par Lui-même à divin Pierre (quand il a confessé de manière sage et convaincante la foi en Lui en disant : Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant) : Tu es Pierre, et sur cette pierre je bâtirai Mon Église. Cette pierre, je pense, est la foi inébranlable du disciple (πετραν, οιμαι, λεγων το ακραδαντονεις πιστιν του μαθητου) »

Commentaire sur Isaïe,IV,2, PG 70, col.940. 

 

« Maintenant, quand le Christ a entendu cette vraie opinion de Lui, Il a fait une récompense à Pierre en disant: « Heureux es-tu Simon Bar-Jonas, car la chair et le sang ne t’ont pas révélé cela, mais c’est mon Père qui est aux cieux. Et je te le dis, tu es  Pierre, et sur ce rocher je bâtirai mon Église, et les portes de l’enfer ne prévaudront pas contre elle. » Le nom, je crois, ne signifie rien d’autre que la foi inébranlable et très ferme du disciple (την ακατασειστον και εδραιοτατην του μαθητου πιστιν) «le rocher», sur lequel l’Église a été fondée et consolidée et demeure invincible, voire par rapport aux portes de l’Enfer. »

Now when Christ heard this true opinion of him, he repaid Peter by saying: ‘Blessed are you Simon Bar–Jonah, for flesh and blood have not revealed this to you but my Father who is in heaven. And I tell you, you are Peter, and upon this rock I will build my Church, and the gates of hell shall not prevail against it.’ The surname, I believe, calls nothing other than the unshakable and very firm faith of the disciple ‘a rock,’ upon which the Church was founded and made firm and remains continually impregnable even with respect to the very gates of Hell. 

Dialogue sur la Trinité livre IV, PG 75, col.866. 

 

 

Saint Jean Damascène (env. †749)

« Et Pierre, enflammé du zèle ardent et enseigné par le Saint-Esprit a répondu: « Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant ». Alors, Celui qui s’appelait le Fils de l’Homme, Pierre ou plutôt Celui qui a parlé en Pierre, L’a appelé le Fils de Dieu : Il est vraiment Dieu et l’Homme… Le Père Lui-même t’a ouvert (à Pierre) cette théologie (θεολογια). Telle est la foi solide et inébranlable sur laquelle, comme sur un roc, l’Église est fondée. (αυτη η πιστις η ακλινης και ακλονητος, εφ ην ως η Εκκλησια εστηρικται) »

Homélie sur la Transfiguration, P.G., volume 96, Col. 554-555

Traduction en russe


Saint Jérôme de Stridon (†420)

« La pierre est le fondement de l’Église (Super hanc petram Dominus fundavit Ecclesiam), l’apôtre Pierre a reçu son nom de cette pierre (ab hac petra apostolus Petrus sortitus est nomen). Le fondement unique posé par l’architecte apostolique (I Cor 3) est notre Seigneur Jésus Christ lui-même (Fundamentum quod Apostolus architectus posuit, ICor.III, unus/unum est Dominus noster Jesus Christus) et sur ce fondement stable et ferme le Christ a bâti l’Église (Super hoc fundamentum stabile et firmum … aedificatur Christi Ecclesia) »

Commentaires sur l’évangile selon saint Mathieu, 7:26, PL 26, col.50. 

 

 

« Pierre (Petra) est le Christ qui a donné à ses apôtres le droit de s’appeller les pierres (petrae), ayant dit : « Tu es Pierre, et que sur cette pierre (ce rocher) je bâtirai mon Église, et que les portes du séjour des morts ne prévaudront point contre elle » »

«Petra Christus est (I Cor. x), qui donavit apostolis suis, ut ipsi quoque petrae vocentur : Tu es Petrus, et super hanc petram aedificabo Ecclesiam meam (Mat. xvi, 18).»

PL.25 : 1066

 


 

 

Saint Grégoire de Nysse (†394)

Saint Gégoire de Nysse appelle Simon un simple pécheur, mais glorifie en même temps sa foi ferme (αλλα προς την εκεινου πιστιν την στερεαν), qui est le fondement de toute l’Église

Panégyrique de saint Étienne, PG 46, col.733.


 

 

Saint Eusèbe de Césarée (†340)

« Sur ce rocher, je bâtirai mon Église, et les portes de l’enfer ne prévaudront pas contre elle. Ce rocher était le Christ, Celui que l’apôtre l’indique en disant  : « Personne ne peut poser d’autre fondement que celui qui a été posé, qui est Jésus-Christ ». Après Lui, l’Eglise est fondée par les paroles des prophètes et des apôtres, conformément à l’apôtre qui dit : « Vous avez été édifiés sur le fondement des apôtres et des prophètes, Jésus Christ lui-même étant la pierre angulaire. »

« Ἐπὶ τὴν πέτραν οἰκοδομήσω μου τὴν Ἐκκλησίαν, καὶ πύλαι ᾅδου οὐ κατισχύσουσιν αὐτῆς. Ἡ πέτρα δὲ ἦν ὁ Χριστός· ἢ κατὰ τὸν Ἀπόστολον, περὶ οὗ διδάσκει αὐτὸς λέγων· Θεμέλιον γὰρ ἄλλον οὐδεὶς δύναται θεῖναι παρὰ τὸν κείμενον, ὅς ἐστιν Ἰησοῦς Χριστός· εἶτα μετ’ αὐτὸν θεμέλιοι τῆς Ἐκκλησίας προφητικοὶ καὶ ἀποστολικοὶ λόγοι κατὰ τὸν Ἀπόστολον φήσαντα· Ἐποικοδομηθέντες ἐπὶ τῷ θεμελίῳ τῶν ἀποστόλων καὶ προφητῶν, ὄντος ἀκρογωνιαίου αὐτοῦ Ἰησοῦ Χριστοῦ· οὐκ ἂν ἐκτὸς βάλοις τῆς ἀληθείας. » 

 Commentaires sur les psaumes PG 23, col.173,176. 


 

Saint Hilaire de Poitiers (†367)

« C’est donc le seul fondement intangible, le seul roc de la foi bienheureuse confessée par Pierre : « Tu es le Fils de Dieu vivant », [la foi] qui détient les arguments de la vérité si fort que fluctuent les questions perverties des infidèles. »

« Unum igitur hoc est jmmobile fundamentum, una haec felix fidei petra Petri ore confessa, Tu es Filius Dei vivi, lanta in se sustinens argumenta veritatis, quantae perversitatum quaestiones et infidelitatis calumniae movebuntur » 

De la Trinité, livre II, 23, PL 10, col.66. 

 

« La pierre sur laquelle est bâtie l’Église est la confession [du bienheureux Simon] »

(Super hanc igitur confessionis petram Ecclesiae aedificatio est )

De la Trinité, livre VI, 36-37, PL 10, col.186. 


 

 

Saint Ambroise de Milan (†397)

« La foi est le fondement de l’Église (Fides ergo est Ecclesiæ fundamentum), car il n’est pas dit de la chair de Pierre, mais de la foi que les portes de la mort ne l’emporteront pas sur elle (non enim de carne Petri, sed de fide dictum est, quia portæ mortis ei non prævalebunt) »

«Fides ergo est Ecclesiae fundamentum: non enim de carne Petri, sed de fide dictum est, quia portae mortis ei non praevalebunt : sed confessio vicit infernum. Et haec confessio non unam haeresim exclusit, nam cum Ecclesia multis lamquam bona navis fluctibus saepe lundatur, adversus omnes haereses debet valere Ecclesia fundamentum.» 

Du mystère de l’Incarnation du Seigneur, V:34, PL 16, col.827 

 

 

 

« Si Pierre est le fondement, alors tous les apôtres le sont ; si l’Eglise est fondée sur lui, elle est fondée également sur d’autres apôtres… Pierre est le membre du Christ comme Il a dit à ses disciples : « Vous êtes en Moi et Je suis en vous » (Jn 14:20). Le Christ est le fondement de tous les apôtres et les apôtres sont le fondement pour tous ceux qui ont cru grâce à eux. »

Curs. Compl. Migne. T. XVII, col. 949.

 

 

« Ainsi, fais tous les efforts pour être pierre. Cherches la pierre à l’intérieur de toi-même, et non pas en dehors. Ta pierre est une action, ta pierre est une pensée. Sur cette pierre ta maison est bâtie pour te défendre de toute sorte de souillure spirituelle. La pierre est ta foi qui est le fondement de l’Eglise. Si tu es pierre, tu seras dans l’Eglise, car l’Eglise est bâtie sur cette pierre. Si tu restes dans l’Eglise, les portes de l’enfer de prévaudront pas contre toi. Les ports de l’enfer sont les ports de la mort : les portes de la mort ne peuvent pas être les portes de l’Eglise. »

«Enitere ergo ut et tu petra sis. Itaque non extra te, sed intra te petram require. Petra tua actus est, petra tua mens est. Supra hanc petram aedificatur domus tua; ut nullis possit nequitiae spiritalis reverberari procellis. Petra tua fides est, fundamentum Ecclesiae fides est. Si petra fueris, in Ecclesia eris; quia Ecclesia supra petram est. Si in Ecclesia fueris, portae inferi non praevalebunt tibi. Portae inferi, portae mortis sunt: portae autem mortis, portae Ecclesiae esse non possunt.» 

PL 15 Col. 1694D

 

Entre autre, Saint Ambroise de Milan a vu la primauté de Pierre comme « la primauté de confession, non pas d’honneur; la primauté de la foi, non pas de l’ordre. » 

statim loci non immemor sui, primatum egit: primatum confessionis untiqe, non honoris; primatum fidei, non ordinis.

Du mystère de l’Incarnation du Seigneur, V:34, PL 16, col.826 


Saint Épiphane de Chypre (†403)

 

« Saint et principal des Apôtres Pierre, qui est devenu pour nous une véritable pierre ferme, forme la base de la foi en Seigneur. Sur cette pierre, l’Eglise est fondée dans tous les sens : d’abord, parce que Pierre a confessé le Christ en tant que le Fils de Dieu vivant et a entendu : sur cette pierre de la foi inébranlable, je bâtirai mon Église (Επι τη πετρα ταυτη της ασφαλης πιστεως οικοδομησω μου την Εκκλησιαν) ; [puis], parce qu’il L’a clairement confessé comme le fils véritable, car il a dit: Le Fils de Dieu vivant. Par le mot « vivant », il a montré qu’Il était le véritable Fils, comme nous en parlons souvent pour la réfutation quasiment de toute hérésie. »

Adversus Haereses Lib II. Tom I. – Haeres LIX 


 

Saint Jean Chrysostome (†407)

 

« Il avait dit à Pierre : « Tu es heureux, Simon, fils de Jean » (Matth. XVI, 17) ; il lui avait annoncé que ce serait sur SA CONFESSION qu’il poserait les fondements de son Eglise, et peu d’instants après avoir prononcé ces paroles, il s’écrie : « Retire-toi de moi, Satan, tu m’es à scandale ». (Matth. XVI, 23.) »

COMMENTAIRE SUR L’ÉPÎTRE AUX GALATES

 

 « Et d’abord il faut parler de la franchise de Pierre et de son esprit primesautier qui l’entraînait toujours à se prononcer avant les autres. C’est A CELA QU’IL DUT SON SURNOM, et à sa foi inflexible, inébranlable. Un jour qu’une question commune était adressée à tous les apôtres, il s’écria avant les autres « Tu es le Christ, le fils du Dieu vivant». (Matth. XVI, 16.) C’EST ALORS QUE les clefs du ciel lui furent confiées. » 

COMMENTAIRE SUR L’ÉPÎTRE AUX GALATES

 

« Avec quelle raison il [Jésus Christ] avait loué saint Pierre, lorsque celui-ci avait confessé qu’il était « le Fils de Dieu ».

HOMÉLIE LVI. SUR MATTHIEU 

 

« Après avoir établi si solidement et si puissamment son Eglise sur la CONFESSION DE FOI que lit cet apôtre [Pierre]… »

HOMÉLIE LXXXII. SUR MATTHIEU

 

« Et moi aussi je vous dis que vous êtes Pierre, et sur cette pierre je bâtirai mon Eglise, et les portes de l’enfer ne prévaudront point contre elle (18). « Sur cette pierre »,  dit Jésus-Christ; « je bâtirai mon Eglise, » c’est-à-dire, SUR CETTE FOI ET SUR CETTE CONFESSION.

HOMÉLIE LIV. SUR MATTHIEU

 

Ici, vous povouz lire la réfutation de la primauté de juridiction de l’apôtre Pierre par saint Jean Chrysostome.


 

Saint Basile de Séleucie (†458)

« Le Christ a appelé la confession de foi « pierre » (ταυτην την ομολογιαν Πετραν καλεσας ο Χριστος) et donne le nom de Pierre à celui qui confesse, signifiant que ce nom est le plus convenable à celui qui, le premier, confessa la foi (Πετρον ονομαςει τον πρωτως ταυτην ομολογησαντα · γνωρισμα της ομολογιας την προσηγοριαν δωρουμενος). C’est la véritable pierre de la piété, le fondement du salut, le rempart de la foi, les fondations de la vérité : « Car personne ne peut poser d’autres fondations que celles qui existent déjà, Jésus Christ » (Αυτη γαρ αληθως της ευσεβειας η πετρα, αυτη της σωτηριας η κρηπις, τουτο της πιστεως το τειχος, ουτος ο της αληθειας θεμελιος · Θεμελιον γαρ αλλον ουδεις δυναται θειναι παρα τον κειμενον, ος εστιν Ιησους Χριστος) »

 

Oratio XXV:4, PG 85, col.297. 


 

 

Acace de Mélitène (†438)

« Ce n’est pas pour un homme que les bienheureux apôtres ont donné leurs vies dans les blessures, les prisons, la flagellations. Ce n’est pas pour un homme que les saints martyrs combattant sur toute la face de la terre ont quitté ce monde. C’était pour notre Seigneur et Dieu qui était avant tous les siècles, puis est apparu sur la terre et a vécu avec les hommes ; comme un agneau, Il est conduit à l’abattage, il est ressuscité le troisième jour; Il a apparu aux cinquante frères qui étaient ensemble; devant Ses disciples, Il montaient sur le ciel, d’où Il doit revenir pour juger les vivants et les morts. C’est notre foi; sur ce fondement, notre Eglise est construite (αυτη ημων η πιστις· επι τουτω τω θεμελιω ωκοδομηθη η Εκκλησια), et les portes de l’enfer ne prévaudront pas sur elle. (Matthieu 16:18). »

Discours à Ephèse, en assemblée des Pères. PG 77, col.1472. 


 

Saint Théodoret de Cyr (†457)

« Il appelle certainement une foi pieuse et une véritable confession « un rocher ». Pour cela, Quand le Seigneur a demandé à ses disciples qui disait-on qu’Il était, Pierre béni a dit: « Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant ». Seigneur répondit: « En vérité, en vérité je te le dis, tu es Pierre et sur ce rocher je bâtirai mon Eglise, et les portes de l’enfer ne prévaudront pas contre elle » »

Commentaire sur les Cantique des Cantiques. II.14, M.P.G., Vol. 81, Col. 108

 

« Ses fondements sont sur les saintes montagnes.» Les «fondements» de la piété sont des préceptes divins, tandis que les «saintes montagnes» sur lesquelles sont posées ces fondations sont les apôtres de notre Sauveur. Le bienheureux Paul dit à propos de ces fondements: «Vous avez été édifiés sur la base des apôtres et des prophètes dont la pierre angulaire est le Christ Jésus» et encore: «Pierre, Jacques et Jean, qui sont perçus comme des colonnes». Jésus lui dit: «Tu es Pierre, et sur ce rocher je bâtirai mon Église; et les portes de l’enfer ne prévaudront pas contre elle. » Et ailleurs, le Christ dit:« Vous êtes la lumière du monde et une ville située sur une colline ne peut être cachée. » Sur ces saintes montagnes, le Christ a posé les fondements de la piété. »

Commentaire sur le psaume 86.1, M.P.G., Vol. 80, Col. 1561


 

 

L’évêque Paul d’Emèse (†444)

« Qui dites-vous que je suis?  Aussitôt, le Coryphée des apôtres, la bouche des disciples, Pierre a dit : « Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant … Sur cette foi l’Église de Dieu a été fondée. Avec cette espérance, sur ce rocher, le Seigneur Dieu a placé les fondements de l’Église. »

Sermon sur la Nativité, PG 77, col.1437A. 


 

Saint Marc l’Ermite (†430)

« Ayant entendu parler du Fils de l’Homme, (Pierre), il a confessé le Fils de Dieu. Et que lui a-t-Il dit? «Tu es Pierre, et sur ce rocher je créerai mon Église, et les portes de l’enfer ne prévaudront pas contre elle» (Mt 16, 13-18). Ainsi, si vous, en surpassant le raisonnement naturel, confessez le Fils de l’Homme, né de Marie comme le Fils de Dieu, il vous appréciera vous aussi, comme le Saint Pierre, et créera l’ensemble de vos raisonnements sur ce rocher de la foi, et les portes de l’enfer ne prévaudront pas sur vous. »

Contre les nestoriens. Traduction russe. 


 

 

Evêque Théodore Abu Qurrah (†830)

 

« Selon la promesse intransigeante de Celui Qui l’a construite (l’Eglise) sur le rocher inébranlable de la foi qui était le chef des apôtres Pierre ; Qui est la Tête de son Corps, la Parole de Dieu et Dieu, le Fils Unique, consubstantiel au Père et au Saint Esprit…
Et le Seigneur a promis au chef de l’assemblée des apôtres Pierre qu’Il bâtira l’Église sur le rocher inébranlable de sa confession et que les portes de l’enfer ne prévaudraient pas contre elle (Mt 16, 18) »

Réfutation des Sarrasins. Traduction russe. 

Version allemande, cf. Johannes Damaskenos und Theodor Abu Qurra, Schriften zum Islam. Kommentierte griechisch-deutsche Textausgabe von Reinhold Glei und Adel Th. Khoury. / CISC, SG. T. 3. Altenberge, 1995


 

Saint Théodore Studite (†826)

En défendant le dogme de la vénération des icônes, saint Théodore, se réfère à la tradition et la foi des Pères et des Conciles, en citant le passage de l’Écriture où le Christ dit: « Tu es Pierre, et sur ce rocher je bâtirai mon Eglise » (Matthieu 16: 18). Il sous-entend que la tradition et la foi des Pères sont le fondement et le rocher sur lequel l’Eglise est construite.

« Nous qui sommes en accord et qui demeurons dans le raisonnement divin, en gardant la foi de l’Eglise sous les cieux, nous affirmons qu’exposer et vénérer l’icône divine de notre Sauveur Jésus Christ et de Sa Tré-sainte Mère et de tous les saints est juste selon l’enseignement du deuxième Concile de Nicée… En plus, ayant les témoignages écrit et non écrit depuis la venue même de notre Seigneur et Dieu, nous demeurons ferme sur ce fondement dont le Christ parle : Tu es Pierre, et sur ce rocher je bâtirai mon Eglise, et les portes de l’enfer ne prévaudront pas contre elle (Matthieu 16:18). »

Livre 2. Traduction russe. 


 

Origène (†254)

Dans un passage, Origène appelle Pierre le rocher :

« Regardez le grand fondement de cette Église et le rocher très solide sur lequel le Christ a fondé l’Église. C’est pourquoi le Seigneur dit: « Tu as peu de foi, pourquoi as-tu douté? »

Exodus, Homily 5.4. Cited by Karlfried Froehlich, Formen der Auslegung von Matthaus 16,13-18 im lateinischen Mittelaiter, Dissertation (Tubingen, 1963), p. 100.

Cependant, il appelle également le rocher tous les croyants. L’apôtre Pierre est un représentant de tous les croyants véritables qui ont la même chose ce qu’avait Pierre:

« Et si nous aussi avons dit comme Pierre: « Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant », non pas comme si la chair et le sang nous l’avaient révélé, mais par la lumière du Père céleste qui a brillé dans notre coeur, nous devenons un Pierre, et la Parole pourrait s’adresser à nous aussi : « Tu es Pierre », etc. Car un rocher est chaque disciple du Christ dont ceux qui ont bu, ont bu du rocher spirituel qui les a suivis, et sur chacun de ces rochers chaque parole de l’Eglise est construite… car dans chacun des parfaits (croyants), qui ont la combinaison des paroles et des actes et des pensées qui remplissent la bénédiction, se trouve l’Eglise construite par Dieu.

Mais si vous supposez que sur l’unique Pierre tout l’Eglise est construite par Dieu, que diriez-vous de Jean le fils du tonnerre ou de chacun des apôtres? Oserions-nous autrement dire que, contre Pierre en particulier, les portes d’Hadès ne prévaudront pas, mais qu’elles prévaudront contre les autres Apôtres et les parfaits? L’énonciation faite précédemment: «Les portes d’Hadès ne prévaudront pas contre elle», tiennent-elles à l’égard de tous et dans le cas de chacun d’eux? Et aussi les paroles: «Sur ce rocher, je bâtirai mon Église?» Les clés du royaume des cieux sont-elles données par le Seigneur à Pierre seulement, et aucun autre des bienheureux ne les recevra-t-il? Mais si cette promesse: «Je te donnerai les clefs du royaume des cieux», était commune aux autres, comment toutes choses dont on a parlé précédemment, et les choses qui sont jointes comme ayant été adressées à Pierre, ne serait-elles pas communes à tous ?
«Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant» Si quelqu’un lui dit cela … il obtiendra les choses qui ont été dites selon la lettre de l’Évangile à ce Pierre, mais, comme l’esprit de la L’Évangile enseigne à tous ceux qui deviennent tels que Pierre. Car tous portent le surnom du «rocher» qui sont les imitateurs du Christ, c’est-à-dire du roc spirituel qui a suivi ceux qui sont sauvés, afin qu’ils en boivent le courant spirituel. Mais ceux-ci portent le surnom du rocher comme le Christ. Mais aussi en tant que membres du Christ qui tirent leur nom de Lui, ils sont appelés Chrétiens, et du rocher, Pierres… Et à tous, la parole du Sauveur peut être prononcée, « Tu es Pierre », etc., jusqu’aux mots « ne prévaudront pas contre elle », mais qu’est-ce que c’est? Est-ce le rocher sur lequel le Christ construit l’Église ou est-ce l’Église? Car la phrase est ambiguë. Ou est-ce comme si le rocher et l’Eglise étaient une seule et même chose? Cela je pense être vrai; car ni contre le rocher sur lequel le Christ bâtit son Église, ni contre l’Église, les portes d’Hadès ne prévaudront. Maintenant, si les portes d’Hadès prévalent contre quelqu’un, un tel ne peut pas être un rocher sur lequel le Christ construit l’Église, ni l’Eglise ne peut être construite par Jésus sur ce rocher. »

Commentaire sur L’Evangile selon saint Matthieu : livres X et XI

Traduction anglaise


Saint Cyprien de Carthage (†258)

« Dieu parle à Pierre: Je te dis que tu es Pierre et sur cette pierre je bâtirai mon Église et les puissances des enfers n’en triompheront jamais. Je te donnerai les clefs du royaume du Ciel, et tout ce que tu lieras sur la terre sera lié dans le Ciels et tout ce que tu délieras sur la terre sera délié dans le Ciel (Matt., XVI.). Après sa résurrection, il dit au même apôtre : Pais mes brebis. Sur lui seul il bâtit son Église, à lui seul il confie la conduite de ses brebis. Quoique, après sa résurrection,. il donne à tous ses apôtres un pouvoir égal, en leur disant : Comme mon Père m’a envoyé, je vous envoie; recevez le Saint-Esprit les péchés seront remis à ceux à qui vous les remettrez, ils seront retenus à ceux à qui vous les retiendrez (Joan., XX), cependant, afin de rendre l’unité évidente, il a établi une seule chaire et, de sa propre autorité, il a placé dans un seul homme le principe de cette même unité. Sans doute les autres apôtres étaient ce que fut Pierre; ils partageaient le même honneur, la même puissance, mais tout se réduit à l’unité. La primauté est donnée à Pierre, afin qu’il n’y ait qu’une seule Église du Christ et une seule chaire. Tous sont pasteurs; mais on ne voit qu’un troupeau dirigé par les apôtres avec un accord unanime. L’Esprit-Saint avait en vue cette Eglise une, quand il disait dans le Cantique des cantiques: Elle est une ma colombe, elle est parfaite, elle est unique pour sa mère; elle est l’objet de toutes ses complaisances (Cant., VI). Et celui qui ne tient pas à l’unité de l’Église croit avoir la foi! Et celui qui résiste à l’Église, qui déserte la chaire de Pierre sur laquelle l’Église repose, se flatte (113) d’être dans l’Église! écoutez l’apôtre saint Paul; il expose lui aussi le dogme de l’unité : Un seul corps, un seul esprit, une seule espérance de votre vocation, un seul Seigneur, une seule foi, un seul baptême, un seul Dieu (Ephés., IV). »

DE L’UNITÉ DE L’ÉGLISE

Selon Saint Cyprien, l’Eglise est bâtie sur l’apôtre Pierre pour souligner son unicité. En même temps, tous les apôtres ont la même dignité, le même pouvoir. Ils étaient tous ce qu’était Pierre. L’apôtre Pierre est ainsi le premier parmi les égaux, une figure, un représentant du corps apostolique et de tous les évêques en générale.


 

 

 

Saint Juvénal de Jérusalem (†458)

« Lorsque le suprême et le premier des apôtres, Pierre a dit: « Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant » – le Seigneur répondit: « Tu es heureux, Simon, fils de Jonas; car ce ne sont pas la chair et le sang qui t’ont révélé cela, mais c’est mon Père qui est dans les cieux. Et moi, je te dis que tu es Pierre, et que sur ce rocher je bâtirai mon Église, et que les portes du séjour des morts ne prévaudront point contre elle. Sur cette confession l’Eglise de Dieu est fondée ; cette foi qui nous est transmise par les saints apôtres, l’Eglise la conserve et la conservera jusqu’à la fin du monde. » 

Les actes du Concile de Chalcédoine. XVI. Une lettre (concernant) les messages conciliaires de Juvénal le très saint évêque de Jérusalem, aux vénérables presbytres et archimandrites et autres moines de la région palestinienne de son district. Traduction russe.


 

 

Saint Macaire le Grand (†391)

« La maison en construction a besoin d’un fondement. Elle n’est pas construite sur le sable, mais on enlève tout le sable, on fait un creux, puis on met une pierre dans le fondement pour que la maison reste ferme, lors du mauvais temps et les vents soufflants (Matthieu 7:24-27 ; Luc 6:47-49). Et ceux qui construisent la demeure sur le sable travaillent en vain  (Psaume 126: 1), car elle tombera et tombera immédiatement. De même, une âme aimant Dieu qui veut construire sa maison, selon la parole du Seigneur, ne la construit pas sur le sable des pensées rusés du péché, mais enlève le sable, creuse un espace pour le fondement en arrachant les mauvaises pensées qui sont semblables au sable. Elle le fait jusqu’à ce qu’elle ne trouve le Christ qui est la pierre véritable contre laquelle les portes de l’enfer ne prévaudront jamais (Matthieu 16:18) ».

8e instruction. Qui est le chrétien parfait ? Traduction russe. 


 

 

Taraise de Constantinople (†806)

 

« fondée sur la pierre le Christ notre Dieu, Son Eglise… »

«основанная на камне Христе, Боге нашем, церковь Его»

Les actes du Septième Concile. Traduction russe. 


 

 

Saint Basile le Grand (†379)

« La maison du Seigneur, dit-il, bâtie sur le sommet des montagnes, est l’Église, selon le sentiment de l’Apôtre qui dit : Il faut savoir comment on doit se conduire dans
la maison de Dieu qui est l’Église du Dieu vivant; ses fondements sont sur les saintes montagnes, car elle est bâtie sur le fondement des apôtres et des prophètes. Une de
ces montagnes était Pierre, sur laquelle pierre le Seigneur avait promis de bâtir son Église. C’est avec raison que des âmes sublimes, élevées au-dessus des choses terrestres, sont appelées des montagnes. Or, l’âme du bienheureux Pierre fut appelée une pierre sublime, parce qu’elle eut de fermes racines dans la foi et qu’elle supporta constamment et avec courage les coups qui lui furent portés dans l’épreuve. »

Commentaire sur le prophète Isaïe. Traduction russe.


Saint Constantin le Grand (†337)

« Le fondement du gouvernement chrétien, qui nous est confié d’en haut, est la foi ferme et inébranlable en Dieu, sur laquelle le Christ notre Dieu a bâti Son Eglise pour Sa demeure, et comme le Roi de tout le monde, Il a affirmé le trône de notre royaume, et Il nous a remis le sceptre de l’autocratie. Car le Sauveur nous a indiqué la confession mystérieuse de Lui-même avec Son Père et l’Esprit Saint comme une pierre visible de partout, propageant de la terre au ciel, pour que nous montions par elle comme par un escalier céleste vers la demeure des cieux et obtenions comme la récompense, le Royaume céleste. Sur cette pierre, sur laquelle il nous est dit de rester ferme, nous avons affirmé nos pieds de raisonnement et nous commandons de la tenir ferme à nos sujets… »

L’édit de l’empereur pieux et aimant le Christ, Constantin. Traduction russe.


 

Tertullien (†220)

Extrait du livre « Papauté schismatique », page 136 

Les Latins citent avec emphase Tertullien qui a dit en effet (1) :

« Rien n’a pu être caché à Pierre, appelé la pierre de l’Église qui devait être construite. »

Au premier abord, on croirait en effet que Tertullien a appliqué à la personne de Pierre le mot la pierre. Mais il s’explique dans un autre de ses ouvrages (2) où il s’exprime ainsi :

« Si (le Christ) change le nom de Simon en celui de Pierre, ce n’est pas seulement pour signifier la force et la fermeté de sa foi, car alors il lui aurait donné le nom de matières solides dont le mélange et la cohésion augmentent la force et la dureté; mais il lui donna le nom de Pierre, parce que, dans les Écritures, la pierre figure et représente Jésus-Christ, qui est la pierre de laquelle nous lisons : qu’elle est posée pour être une pierre d’achoppement et de scandale. Donc, s’il change ainsi son nom, c’est pour exprimer le changement qu’il allait faire dans le monde en changeant les nations idolâtres en pierres semblables à lui et propres à former l’édifice de son Église. »

(1) Tertull., des Prescriptions, ch. xxII

(2) Tertnll., Cont. Marc., liv. IV.


 

Bède le Vénérable (†737)

Et ego dico tibi quia tu es Petrus, et super hanc petram aedificabo Ecclesiam meam. Metaphorice ei dicitur: Super hanc petram, id est, Salvatorem, quem confessus es, aedificatur Ecclesia, qui fideli confessori sui nominis participium donavit. 

Et je te dis: tu es Pierre, et sur cette pierre je vais créer mon Eglise. Métaphoriquement, il est dit à Pierre: sur ce rocher, c’est-à-dire sur le Sauveur, que tu as confessé, l’Église est en train d’être construite, sur le Sauveur, qui a donné à son fidèle confesseur de participer à son nom.

 

Et tibi dabo claves regni coelorum. Id est, discernendi scientiam potentiamque, qua dignos debeas in regnum recipere, et indignos secludere. 

Et je vais te donner les clés du Royaume des Cieux. C’est-à-dire, la connaissance et la puissance de la discrimination, à travers laquelle tu doit accepter dans le royaume des fidèles et exclure les indignes.

 

Et quodcunque ligaveris, etc. Haec potestas sine dubio cunctis datur Apostolis, quibus ab eo post resurrectionem dicitur generaliter: Accipite Spiritum sanctum, etc. (Joan. XX). Nec non episcopis et presbyteris, et omni Ecclesiae idem officium committitur, quamvis quidam eorum, non recte intelligentes, arbitrentur se posse damnare innoxios, et absolvere reos, quod nequaquam possunt… 

Expositio in Mattheum, Liber III, cap.XVI. 

Et ce que tu liera, etc. Ce pouvoir est sans aucun doute donné à tous les apôtres à qui le Seigneur a dit à tous après la résurrection: Recevez le Saint-Esprit, etc. (Jean 20) En outre, ce ministère est donné aux évêques, aux prêtres et à toute l’Église, bien que certains d’entre eux, mal compris, pensent qu’ils ont le pouvoir de condamner les innocents et de résoudre les coupables, ce qu’ils ne peuvent faire d’aucune façon …

Interprétation de l’Évangile selon Matthieu, livre III, chapitre XVI.


 

Raban Maur (†856)

« Et non cecidit domus; fundata enim erat supra petram ». Super hanc petram Dominus fundauit ecclesiam. Ab hac petra et apostolus Petrus sortitus est nomen. 

Et la maison n’est pas tombée, parce qu’elle était basée sur le rocher. Sur ce rocher, le Seigneur a fondé l’Église. De ce rocher et l’apôtre Pierre a reçu son nom.

 

Fundamentum, quod apostolus Paulus architectus posuit, unum est Dominus noster Iesus Christus. Super hoc fundamentum stabile et firmum et per se robusta mole fundatum aedificatur Christi ecclesia. 

L’unique fondement, comme l’affirme le sage érudit Paul, est notre Seigneur Jésus-Christ. Sur ce fondement, fort, stable et durable en soi, l’Église du Christ est construite.

 

ET QVODCVMQVE LIGAVERIS SVPER TERRAM, ERIT LIGATVM ET IN CAELIS, ET QVODCVMQVE SOLVERIS SVPER TERRAM, ERIT SOLVTVM ET IN CAELIS. Quae soluendi ac ligandi potestas quamuis soli Petro data uideatur a Domino, absque ulla tamen dubietate noscendum est, quia et ceteris apostolis datur, ipso teste, qui post passionis resurrectionis que suae triumphum apparens, eis insufflauit et dixit omnibus: 
Accipite Spiritum sanctum; quorum remiseritis peccata, remittentur eis, et quorum retinueritis, retenta sunt. 

Et tout ce que tu lieras sur la terre sera lié dans les cieux, et tout ce que tu délieras sur la terre sera délié dans les cieux. Bien qu’il semble que le pouvoir de délier et de lier le Seigneur  a donné à un seul Pierre, il faut sans doute savoir qu’il a été donné aux autres apôtres, comme Lui-même a témoigné, apparaissant avec victoire après souffrance et résurrection, soufflant et disant à tous: « Ceux à qui vous pardonnerez les péchés, ils leur seront pardonnés; et ceux à qui vous les retiendrez, ils leur seront retenus. » (Jean 20:23).

Interprétation de l’Évangile selon Matthieu, Livre III, chapitre CLXVII


Paschase Radbert (†865)

Quia tu es Petrus, quod a petra derivatum est nomen, id est, a me super quem aedificatur omnis Ecclesia. Non enim, ut quidam male putant, Petrus fundamentum totius Ecclesiae est: Quia fundamentum nemo aliud potest ponere, praeter id quod positum est, quod est Christus Jesus (I Cor. III, 11).   

Car tu es Pierre, qui as reçu le nom du rocher, c’est-à-dire de Moi, sur Qui repose toute l’Église. Car ce n’est pas Pierre, comme certains pensent mal (erronés), qui est le fondement de toute l’Église, puisque « personne ne peut poser d’autre fondement que celui qui est posé, Jésus Christ » (1 Corinthiens 3:11).

 

Petrus autem talem ac tantam expressit de corde confessionem, ut ejus confessio sit omnium apostolorum.Et sicut simul omnes interrogantur, ita in eo omnium est responsio una, supra quam fundatur Ecclesia, et contra quam portae inferorum non praevalebunt. 

Pierre, de tout son cœur, l’a confessé, afin que sa confession devînt la confession de tous les apôtres. Et, puisque tous ont demandé, alors en lui (en sa confession) il y a une seule réponse de tous, sur laquelle l’Église est fondée, et que les portes de l’enfer ne surmonteront pas .

Interprétation de l’Evangile selon Matthieu, les mots « Tu es Pierre, etc. »


 

Bruno de Segni (†1123)

Et ego dico tibi, quia tu es Petrus, et super hanc petram aedificabo Ecclesiam meam. Tu dicis, et verum dicis, quia ego sum Christus Filius Dei vivi: et ego dico tibi, quia tu es Petrus, fide fortis, et doctrina stabilis. Nisi enim in hoc nomine fortitudinem et stabilitatem Christus intellexisset, non ea quae sequuntur protinus addidisset, dicens; et super hanc petram aedificabo Ecclesiam meam. Si Petrum non intelligis, petram respice: petra autem erat Christus. Sic igitur a petra Petrus, sicut a Christo Christianus. Videamus itaque quid sit et super hanc petram aedificabo Ecclesiam meam. Super hanc petram, quam tu modo in fidei fundamentum posuisti; super hanc fidem, quam tu modo docuisti, dicens: Tu es Christus, Filius Dei vivi; super hanc petram et super hanc fidem aedificabo Ecclesiam meam. Huic enim sententiae Apostolus concordans, ait: « Fundamentum aliud nemo potest ponere praeter id quod positum est, quod est Christus Jesus (I Cor. III, 11). » Ac si dicat: Non est aliud fundamentum, nisi illa petra quam Petrus posuit in fundamentum, cum diceret: Tu es Christus, Filius Dei vivi: super hanc autem petram aedificatur tota Ecclesia Dei. 

COMMENTARIA IN MATTHAEUM. Pars tertia, caput LXVIII. 

Et je te dis:  Tu es Pierre, et sur cette pierre je bâtirai mon Eglise.Tu dis en vérité que je suis le Christ, le Fils du Dieu vivant, et je te dis que tu es Pierre, fort dans la foi et inébranlable dans l’enseignement. Si Christ n’avait pas sous-entendu la force et constance dans ce nom, il n’aurait pas ajouté tout de suite: « Et sur cette pierre je vais créer Mon Église ». Si vous ne comprenez pas ce qu’est « Pierre », comprenez ce qu’est le rocher – le rocher était le Christ. Donc Pierre vient du rocher comme chrétien vient du Christ. Voyons maintenant, ce qui signifie « sur cette pierre je vais créer Mon Église ». [Par cela le Seigneur dit:] « Sur ce rocher que tu viens de mettre dans le fondement de la foi, cette foi, que tu viens d’enseigner en disant: « Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant » – sur ce rocher, sur cette foi, Je vais créer mon Eglise. D’après ces paroles, l’apôtre dit aussi: Car nul ne peut poser de fondement autre que celui qui est posé, qui est Jésus-Christ (1 Corinthiens 3:11). Autrement dit, il n’y a pas d’autre fondement à part le rocher que Pierre a mis lorsqu’il a dit: « Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant ». Sur ce fondement, toute l’Église de Dieu est fondée.

Commentaires sur l’Évangile de Matthieu, partie III, chapitre LXVIII.


 

Conclusion

Entre les Saints Pères de l’Eglise, nous avons la répartition suivante selon la définition du rocher sur lequel est fondée l’Eglise :

 

Le rocher sur lequel l’Église est fondée est la confession et la foi en divinité de Jésus Christ exprimée par Pierre.  (L’apôtre Simon prend son nom Kephas de ce rocher) Le rocher est le Christ Lui-même.  L’Eglise est fondée sur l’apôtre Pierre en tant qu’une figure du corps apostolique. Il est un représentant qui parle de la part de tout le monde. (Chaque chrétien devient ce rocher s’il confesse la foi de Pierre) l’Église est fondée uniquement sur la personnalité de l’apôtre Pierre. Il est le fondement de l’Église.
  1. Augustin d’Hippone
  2. Cyrille d’Alexandrie
  3. Jean Damascène
  4. Grégoire de Nysse
  5. Hilaire de Poitiers
  6. Ambroise de Milan
  7. Épiphane de Chypre
  8. Jean Chrysostome
  9. Basile de Séleucie
  10. Acace de Mélitène
  11. Théodoret de Cyr
  12. Paul d’Emèse
  13. Marc l’Ermite
  14. Théodore Abu Qurrah
  15. Théodore Studite
  16. Juvénal de Jérusalem
  17. Basile le Grand
  18. Constantin le Grand
  19. Bruno de Segni
  1. Jérôme de Stridon
  2. Eusèbe de Césarée
  3. Augustin d’Hippone
  4. Macaire le Grand
  5. Taraise de Constantinople
  6. Tertullien
  7. Bède le Vénérable
  8. Raban Maur
  9. Paschase Radbert
  10. Bruno de Segni
  1. Origène
  2. Cyprien de Carthage
  3. Basile le Grand
  4. Tertullien
19 10 4 0
27 (consensus patrum)
   

 

  1. Les Pères distinguent bien alors Pierre (Πετρος – Petros) et la pierre (πετρα – petra) sur laquelle le Christ a fondé Son Église.
  2. Pour la plupart, le rocher est la confession ou la foi en divinité de Jésus Christ exprimée par l’apôtre Pierre;
  3. Certains Pères disent directement que la pierre est le Christ lui-même.
  4. Origène et saint Cyprien disent que l’Eglise est fondée sur l’apôtre Pierre, et en même temps, Origène dit que tous les fidèles sont des pierres s’ils gardent la foi véritable ; saint Cyprien dit que c’est pour souligner l’unicité de l’Eglise, tous les apôtres ont le même pouvoir.
  5. Saint Basile le Grand et Tertullien disent que l’apôtre Pierre représente les prophètes et les apôtres ou Jésus-Christ lorsqu’il est appelé Pierre.
  6. Aucun saint Père de l’Eglise n’interprète Mat 16.18 comme l’Eglise de Rome.

 

 

Nous publions également un extrait du livre du père Wladimir Guettée « La papauté schismatique » pages 8-14 qui traite le sujet :

 

Mat-6-18__La_papauté_schismatique

Cf. également à partir de la page 127.


 

 

Un autre extrait du livre : l’Orthodoxie. Qu’est-ce que c’est ?

extrait-Mat-16-18-_Orthodoxie_Catolicisme (1)

 


 

En bref

 

0 0 votes
Évaluation de l'article

Laisser un commentaire

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments