Le prêtre prend son sticharion et le bénit avec le signe de la Croix en disant : Béni soit notre Dieu, en tout temps, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.Il s’en revêt en disant: Mon âme exultera dans le Seigneur, car II m’a revêtu d’un vêtement de salut, et m’a enveloppé d’une tunique d’allégresse; comme à un époux, Il a ceint mon front d’une couronne, et comme une épouse, Il m’a orné de beauté. Maintenant et toujours et dans les siècles des siècles. Amen.

Le célébrant est dans la joie, car le Seigneur le revêt du vêtement du salut et de la tunique d’allégresse. Il rend grâce au Christ qui est le plus beau des enfants des hommes (Ps 44, 3), car II le revêt de Sa beauté: Il m’a orné de bijoux comme une fiancée. L’ornement de la fiancée — l’âme — est le Fiancé Lui-même, « Le Christ, l’ornement qui est venu du Ciel… la tunique d’incorruptibilité ».

Le Seigneur, par le saint baptême, est offert au baptisé comme vêtement. « Le Christ est l’ornement qui convient à chaque saint. Il est la tunique de l’allégresse spirituelle qui nous apporte force et gloire. » Le sticharion, par conséquent, est un vêtement commun aux trois degrés du sacerdoce, qui symbolise la tunique lumineuse du baptême, la Grâce qui est commune à tous les fidèles.

Le prêtre est membre du corps du Christ, comme l’est chaque fidèle. Les dons du Saint-Esprit sont offerts de façon égale aux fidèles : « Tout a été donné de façon égale à nous [les prêtres] et à vous [les laïcs], y compris même les plus grands des biens », comme l’est la participation à la Table eucharistique. Cette égalité du célébrant avec les fidèles est soulignée par le sticharion.

A l’origine, le sticharion était exclusivement de couleur blanche : symbole de pureté, mais aussi de la hauteur angélique du ministère sacerdotal. Le sticharion « exprime le vêtement lumineux des anges, car les anges apparurent de nombreuses fois vêtus d’un vêtement lumineux, comme par exemple celui qui apparut sur le tombeau du Maître, revêtu d’une tunique blanche (cf. Mt 28,3). Le sticharion figure également le caractère pur et immaculé de l’ordre sacerdotal ». « Sous la blancheur extérieure pareille aux anges, le célébrant laisse deviner la beauté intérieure de l’âme. »

Le célébrant, tel un ange en habits resplendissants (Le 24, 4), attend les fidèles au saint Autel — le Tombeau vivifiant du Christ — pour les appeler au Dîner de la Résurrection, au Banquet de l’Eucharistie.