La sainte communion est favant-goût du Royaume de Dieu: le Christ nous est donné afin que quiconque croit en Lui ne périsse point, mais qu’il ait la vie éternelle (Jn 3, 16). Par la sainte communion, le Royaume à venir point dans nos âmes.

Nos frères défunts qui ont été sauvés font aussi l’expérience de cet avant-goût du Royaume de Dieu, car ils reçoivent également la sanctification de la sainte communion. « Ce qui procure à ceux de l’au-delà toute joie et toute félicité — que vous donniez à cet au-delà le nom de Paradis, ou de sein d’Abraham… ou que vous l’appeliez le Royaume proprement dit, ce n’est rien d’autre que cette Coupe et ce Pain… Voici pourquoi le Seigneur Lui-même a désigné sous le nom de banquet le bonheur futur des justes (Lс 14, 16) : Il voulait montrer que dans l’au-delà il n’y avait rien de plus que cette Table sainte. »

La divine liturgie est l’assemblée des enfants de Dieu, qui attendent que leur Seigneur revienne des noces, afin de Lui ouvrir dès qu’il arrivera et frappera. Et le Seigneur se ceindra, les fera mettre à table, et s’approchera pour les servir (Lс 12, 36-37). Nous attendons Celui qui doit venir et en même temps nous communions à Son Corps et à Son Sang. Nous participons à la joie à venir. Ainsi, la mort n’est rien d’autre que notre passage de la vie éphémère à la vie éternelle. Un passage de la Table de l’Eucharistie à celle du banquet du Royaume: « Unique est la vertu de la Table, unique Celui qui y reçoit dans l’un et l’autre monde:. »