Synaxe de tous les saintsLa présence du Dieu Trinitaire donne à la synaxe eucharistique ses dimensions réelles. C’est une réunion du Ciel et de la Terre. L’espace où est accomplie la sainte anaphore devient le tabernacle [le lieu de séjour] de Dieu parmi les hommes (Ap 21, 3). Avec l’homme, la création entière glorifie Dieu, car toutes choses sont appelées par Dieu à former une assemblée en un lieu, sur l’autel qui se dresse devant Son trône (Ap 8, 3). Dieu, est appelé « le Beau suressentiel parce qu’il appelle toutes choses à Lui et qu’il les rassemble toutes en une seule».

La divine liturgie est précisément cette synaxe, ce rassemblement du cosmos entier et son cheminement vers le Royaume de Dieu. Les saints Pères appellent l’assemblée des fidèles dans la divine liturgie « synode » puisque tous les fidèles et le Seigneur cheminent ensemble vers la Jérusalem céleste. Cette assemblée démontre que la raison d’être de l’Eglise est l’unité des fidèles: « L’Église a été faite pour nous unir. Et c’est ce que manifeste notre réunion [synodos]. » Saint Jean Chrysostome s’écrie avec admiration : « Quel Paradis est semblable à notre réunion? » Et il nous exhorte : « Qu’aucun de ceux qui mangent cette Pâque [de la sainte Eucharistie] ne s’approche de l’Egypte [ce monde vain], mais du Ciel, de la Jérusalem d’en-haut. »

La divine liturgie est la présence du Christ. Sur la sainte Table, « est présent le Roi de toutes choses »: le Christ qui « convoque et assemble toute la création », rassemble et réunit autour du saint Autel « et rattache fortement les choses — aussi bien les intelligibles que les sensibles — les unes aux autres et à Lui-même, par Sa Providence ».

Auprès du Christ se trouve la Mère de Dieu. Même avant d’avoir offert la Cène, le Christ a accompli en la Toute-Sainte — par la puissance du Saint-Esprit — le mystère de notre salut : « Ton sein est devenu la sainte Table portant le Pain céleste. » Dans la divine liturgie, la Reine des Cieux se trouve à la droite du Roi : « Où est le Christ, là se tient aussi la Mère de Dieu… Car elle est réellement Son trône, et là où est assis le Roi, là se trouve aussi Son trône. » Le monde angélique constitue la garde du Christ. Le Seigneur avance vers le Golgotha, « escorté par les milices des anges ». Au moment de l’offrande, les anges glorifient avec nous la bonté de Dieu.

Le chœur des saints participe également à l’Eucharistie. C’est pourquoi, pendant la divine liturgie « les noms des Saints sont récités, ce qui montre leur jonction inséparable dans une unité sacrée et supracosmique avec le Christ». L’assemblée eucharistique est la fête de la victoire du Christ. Tous ceux qui ont accompagné le Christ se trouvent avec Lui à ce moment: « De même que lorsque l’on célèbre la victoire des empereurs, tous ceux qui ont pris part à la victoire sont également acclamés, de même ici, car l’accomplissement de la divine liturgie est un temps de victoire. »

A la divine liturgie sont également présents nos frères défunts, pour lesquels nous implorons la miséricorde de Dieu. Leur commémoration lors de la divine liturgie signifie pour leur âme « un grand gain et beaucoup d’utilité ».

Le ciel et la terre, les anges et les hommes, les vivants et les morts fêtent et rendent grâce ensemble au Seigneur pour Son amour. « La terre et la mer, les pays habités et inhabités, chanteront pour l’éternité entière et rendront grâce pour les bienfaits » qu’ils ont reçus. Tout rend grâce : À Celui qui est assis sur le trône, et à l’Agneau, soient la louange, l’honneur et la gloire dans les siècles des siècles. (Ap 5, 13)