Le Corps et le Sang du Christ offerts pendant la Divine Liturgie constituent non seulement la nourriture et le breuvage mystérieux, mais également le sacrifice pour les hommes. Le Christ a fait un sacrifice pour nous sur la croix, et ce sacrifice ponctuel étend son pouvoir salvateur pour toutes les époques. Le Christ par une seule offrande, il a amené à la perfection pour toujours ceux qui sont sanctifiés. (Héb 10.14 ).

Mais pour que chacun de nous puisse assimiler les fruits du sacrifice expiatoire de la croix, le Divin Rédempteur veut être présent quotidiennement parmi nous dans le Sacrifice des Dons Précieux et non Sanglants qui a la même signification devant Dieu Père  comme le Sacrifice sur la croix. Tout comme sur la croix, le Seigneur a demandé au Père la rémission de nos péchés, le pardon et la sanctification, et de même maintenant, allongé sur des saints trônes dans son très saint Corps et son Sang, il continue, en vertu de sa mort sur la croix, à intercéder pour nous devant Dieu notre Père.

Le Sacrifice est non seulement  propitiatoire, mais en même temps il est celui de remerciement et de louange, parce qu’avant de donner Son corps et Son sang aux disciples «sous la couverture» du pain et du vin, le Divin Maître a fait la bénédiction et des actions de grâces à Dieu le Père (Matt 26, 26-28) :

Pendant qu’ils mangeaient, Jésus prit du pain; et, après avoir rendu grâces, il le rompit, et le donna aux disciples, en disant: Prenez, mangez, ceci est mon corps. Il prit ensuite une coupe; et, après avoir rendu grâces, il la leur donna, en disant: Buvez-en tous; car ceci est mon sang, le sang de l’alliance, qui est répandu pour plusieurs, pour la rémission des péchés.

C’est pourquoi le Sacrement du changement du pain et du vin en Saints Corps et Sang du Christ s’appelle l’Eucharistie (en grec remerciement).

Le Sacrement de l’Eucharistie s’accomplie même s’il n’y a pas de fidèles dans le temple. Les conditions nécessaires pour son accomplissement :

  • le Sacrement doit être commis par un évêque orthodoxe ayant la succession apostolique et appartenant à l’une des Eglises Locales et Autocéphales (ou par un prêtre en tant que délégué de l’évêque, ayant reçu son autorisation et sa bénédiction)
  • on doit y avoir les matières pour commettre la Divine Liturgie : le pain, le vin, l’eau.