Lorsque les fidèles se rassemblent dans un lieu et à un moment défini pour célébrer la divine Eucharistie, leur assemblée manifeste le mystère de l’Église. Celle-ci et l’Eucharistie sont le Corps du Christ, elles sont le Christ même. Par notre incorporation dans l’Église grâce au baptême, le Christ « nous a constitués comme Son Corps, et [par la sainte Eucharistie], Il nous a transmis Son propre Corps ».

La Cène Mystique ou dernière Cène est le commencement historique de la divine Eucharistie et de l’Église. La Cène du Christ est dominée par Son sacrifice sur la Croix. Celui-ci est le fondement sur Lequel est bâtie l’Église. Le sang et l’eau qui s’épanchèrent du côté du Maître, lorsque le centurion Le perça avec la lance, sont les symboles des sacrements du baptême et de l’Eucharistie. Par le coup de lance dans le côté du Christ, nous avons le début des deux sacrements et la création de l’Église : « Les soldats percèrent avec la lance le côté du Maître, duquel s’épancha le sang avec l’eau. Cet événement a été posé par Dieu comme image et prémices des mystères de l’Eucharistie et du saint baptême. » Il sortit du côté de l’eau et du sang (Jn 19, 34). « Le sang et l’eau sont le symbole du saint baptême et de l’Eucharistie. Des deux est née l’Église. » Les mystères du saint baptême et de la divine Eucharistie commencent dès la croix du Christ et ces deux sacrements constituent l’Église.

L’Église naît du Christ et est nourrie par Lui : « Ceux que le Christ a enfantés — par le saint Baptême — Il les nourrit avec Lui-même. » Cette nourriture divine bâtit l’Église et met en évidence quelle est le Corps du Christ : « Nous fidèles, sommes nourris par le Saint Corps du Christ, nous nous mélangeons avec Lui. Et nous sommes devenus le Corps unique du Christ. » L’apôtre Paul écrit: Puisqu’il y a un seul pain, nous qui sommes plusieurs, nous formons un seul corps, car nous participons tous au même pain (1 Co 10, 17).

La multitude des fidèles, par la communion à un seul Pain, Celui du Christ, constitue un corps, l’Eglise. Ainsi, chaque assemblée eucharistique est celle de toute l’Église, car l’Eucharistie est le mystère du Christ.

Par l’incarnation du Christ, « l’Église a pris chair ». Le Seigneur « vint à Sa propre maison. Il la trouva sale, souillée, nue, couverte de sang et II la baigna [par le baptême], l’oignit [avec l’huile et les parfums = par la Chrismation], la nourrit [par la sainte communion], l’habilla d’un vêtement tel qu’il était impossible d’en trouver un semblable: Il devint Lui-même le vêtement de l’Église et, tenant celle-ci par la main, Il l’éleva dans les hauteurs ». Il la conduit au Royaume céleste où est célébrée la divine liturgie.

Dans la splendeur de tes Saints comment pénétrerai-je, moi l’indigne? Car si j’ose entrer dans la chambre nuptiale, ma tunique m’est un reproche car elle n’est pas l’habit de noces, et enchaîné, je serai rejeté par les anges. Purifie, Seigneur, la souillure de mon âme et sauve-moi, Toi qui aimes l’homme.

Matines du Mardi saint