Au moment de commencer la divine liturgie, le diacre, tenant l’orarion et inclinant sa tête devant le prêtre, dit : Voici le temps d’agir pour le Seigneur, Maître saint, bénis.Le prêtre pose sa main droite sur la tête du diacre, en disant : Béni soit notre Dieu en tout temps, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles.

Le diacre : Amen. Prie pour moi, Maître saint.

Le prêtre : Que le Seigneur dirige tes pas pour toute œuvre bonne.

Le diacre : Souviens-toi de moi, Maître saint.

Le prêtre : Que le Seigneur Dieu se souvienne de toi dans Son Royaume, en tout temps, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles.

Le diacre : Amen.

Le prêtre s’incline trois fois, et dit d’une humble voix : Gloire à Dieu dans les hauteurs, et paix sur terre, bienveillance parmi les hommes (trois fois). Ensuite :

Seigneur, Tu ouvriras mes lèvres et ma bouche annoncera Ta louange (deux fois). Seigneur, Seigneur, ouvre-nous la porte de Ta miséricorde.

Et ils commencent ainsi la divine liturgie.

Alors que nous nous préparons à commencer la divine liturgie, le temps du Christ s’approche. C’est ce que nous rappelle le diacre à ce moment, tandis qu’il s’adresse au célébrant et dit: Voici le temps d’agir pour le Seigneur. Il est temps de céder notre place au Seigneur, afin qu’il devienne Lui-même le célébrant de l’office que nous offrons, qu’il l’accepte et que, par celui-ci, Il nous soit donné Lui-même.

Lorsque l’on proposa au Christ de monter à la fête des Tabernacles, Il répondit: Je n’y monterai pas, car mon temps n’est pas encore accompli (Jn 7, 8). Mon temps n’est pas encore accompli, « c’est-à-dire le moment de la Croix et de la mort ». C’est ce temps que nous vivons dans la divine liturgie.

Le temps du Christ est aussi Sa gloire à venir, dont les fêtes juives étaient l’ombre et la préfiguration. C’est ainsi que le Christ dit: « Je ne viens pas à cette fête [juive]… car rien ne me réjouit en elle. J’attends plutôt le temps de la véritable festivité, qui n’est pas encore arrivé. C’est alors, lorsque viendra mon temps, que je serai avec mes disciples, me réjouissant dans la splendeur des saints, et je brillerai de l’éclat suprême dans la gloire du Père. » La divine liturgie est la préfiguration de ce temps du Royaume de Dieu à venir Que le Seigneur dirige tes pas pour toute œuvre bonne, dit le prêtre au diacre. L’œuvre bonne par excellence est la liturgie, par laquelle Dieu — le Bien primordial — œuvre à notre salut. Le Christ nous a dit: Mon Père, jusqu’à présent, est à l’œuvre et moi aussi je suis à l’œuvre (Jn 5, 17). Par la liturgie, Dieu continue l’œuvre de la création : Il recrée l’homme et le monde. La divine liturgie est l’œuvre du Seigneur: Voici le temps d’agir pour le Seigneur.